Membres du Conseil

Le Conseil mondial pour les réfugiés (CMR) se compose de leaders, de praticiens et d’innovateurs provenant de pays en voie de développement et développés de toutes les régions du globe.

Exécutif

Lloyd Axworthy

Président

Président du Conseil mondial pour les réfugiés (CMR), l’honorable Lloyd Axworthy est l’un des chefs de file canadiens en matière de migration et de protection des réfugiés à l’échelle mondiale. Après une carrière politique de 27 ans, durant laquelle il a été entre autres ministre des Affaires étrangères ainsi que de l’Emploi et de l’Immigration du Canada, M. Axworthy a continué à oeuvrer dans les domaines de la sécurité humaine, de la protection des réfugiés et des droits de la personne, au Canada et à l’étranger. En mai 2017, il a reçu du gouverneur général du Canada la Médaille Pearson pour la paix. Comme universitaire, Lloyd Axworthhy a lancé des programmes novateurs pour les immigrants et les jeunes Autochtones durant son mandat de président et vice-chancelier de l’Université de Winnipeg,  et il a travaillé à la réforme du régime de protection des réfugiés en tant que titulaire d’une bourse Richard-Weisscker de la fondation allemande Robert Bosch.   

Paul Heinbecker

Vice-président

Ancien diplomate canadien de carrière, Paul Heinbecker a représenté le Canada à l’étranger comme ambassadeur en Allemagne et comme représentant permanent du Canada aux Nations Unies. Il a été le premier directeur en titre du Centre for Global Relations de l’Université Wilfrid Laurier et est associé distingué en relations internationales du Centre pour l’innovation dans la gouvernance internationale (CIGI), organisme de recherche indépendant de Waterloo. Il est également associé à l’école Balsillie de Waterloo et auteur de « Getting Back in the Game: A Foreign Policy Playbook for Canada ». Ses commentaires sont publiés de temps en temps dans le Globe and Mail, et il agit fréquemment comme commentateur sur les réseaux de radio et de télévision. Il a conseillé trois gouvernements en matière de politique étrangère.

Hina Jilani

co-présidente

Militante respectée à l’échelle internationale dans les domaines de la démocratie et des droits de la personne, Hina Jilani est coprésidente du CMR. Elle a dirigé la création de la première commission pakistanaise des droits de l’homme et occupé les postes de représentante spéciale de l’ONU pour la question des défenseurs des droits de l’homme. À l’heure actuelle, Mme Jilani est juriste et avocate à la cour suprême du Pakistan.

Jakaya Kikwete

co-président

Ancien président de la Tanzanie, son excellence Jakaya Kikwete est coprésident du CMR et fait figure de leader régional en matière de politiques relatives aux migrations et aux réfugiés. Quand il était président de la Tanzanie, M. Kikwete a dirigé la naturalisation de 162 156 réfugiés provenant du Burundi. À ce jour, c’est le plus grand nombre de réfugiés naturalisés en seule une fois, et l’une des mesures qui représentent le mieux la générosité des États à l’égard des réfugiés dans la région.

Fen Osler Hampson

directeur exécutif

Associé distingué au CIGI, Fen Osler Hampson y assume également la direction du programme Sécurité mondiale et politiques internationales. Plus récemment, il a dirigé la Norman Paterson School of International Affairs, et codirigé la Commission mondiale sur la gouvernance d’Internet. Actuellement professeur émérite à l’Université Carleton, M. Hampson continue à mener des recherches de pointe et à conseiller des décideurs en matière de politique étrangère canadienne ainsi que de sécurité internationale et régionale.

Rita Süssmuth

co-présidente

Politicienne et universitaire allemande, Rita Süssmuth a été présidente du parlement fédéral allemand (1988–1998) et ministre fédéral des Affaires familiales, des Femmes et de la Jeunesse et de la Santé (1983–1988) de l’Allemagne. Avant d’occuper ces fonctions, elle avait enseigné dans diverses universités. Ses principaux domaines d’activité sont le VIH, l’éducation, les femmes et la société. Spécialiste de l’immigration, Mme Süssmuth a dirigé plusieurs comités consultatifs, par exemple une commission indépendante allemande sur l’immigration, en 2000. Elle a aussi siégé à la Commission mondiale sur les migrations internationales de l’ONU, et fait partie du Transatlantic Council on Migration du Migration Policy Institute à Washington, D.C.

Conseillers

Pamela Aall

Associée principale au programme Sécurité et politique internationales du CIGI, Pamela Aall dirige à l’heure actuelle un projet de recherche destiné à examiner la capacité de l’Afrique à gérer les conflits régionaux.

Par ailleurs, Mme Aall est aussi conseillère principale en prévention et gestion des conflits à l’United States Institute of Peace (USIP, institut des États-Unis pour la paix), où elle a été fondatrice et directrice de l’Academy for International Conflict Management and Peacebuilding (académie pour la gestion des conflits internationaux et la consolidation de la paix). En recherche, ses sujets de prédilection résident dans la gestion des conflits, la médiation, la réconciliation, la consolidation de la paix et l’éducation. Outre ses travaux de recherche et son travail de gestion dans le domaine des conflits, Pamela Aall a dirigé des programmes de transformation des conflits et de renforcement des capacités visant le Soudan, l’Iraq, Israël et la Palestine, l’Afghanistan, le Sri Lanka, les Philippines et la Bosnie.

Shaima Al Zarooni

Son excellence Shaima Al Zarooni est présidente fondatrice de Camp01, une société de bienfaisance basée aux É.-U. qui aide ses partenaires et ses clients à planifier et gérer leurs projets d’aide humanitaire et de développement visant les populations les plus vulnérables un peu partout dans le monde. Vice-présidente et membre du CA de l’August Medical Foundation, un organisme qui offre des services et des subventions en santé et en éducation, Mme Al Zarooni siège également au CA du UK Start Network, un réseau humanitaire formé de 41 organismes dont l’objectif est d’aider en cas de crise. Auparavant, elle a dirigé les initiatives spéciales de Son Altesse Royale la princesse Haya Bint Al Hussein de Jordanie et été directrice générale d’International Humanitarian City, le plus important pôle logistique pour l’aide humanitaire et les interventions d’urgence. 

Alexander Betts

Professeur d’affaires internationales et de migrations forcées, Alexander Betts dirige également le centre d’études sur les réfugiés de l’Université d’Oxford. Ses travaux de recherche portent principalement sur l’économie politique de l’aide aux réfugiés; il est aussi l’auteur de documents sur la migration et l’aide humanitaire, et ses conférences TED sur les réfugiés et le Brexit ont recueilli plus de 3 millions de vues. En 2016, le magazine Foreign Policy l’a désigné comme l’un des 100 plus grands penseurs du monde, et le Forum économique mondial l’a nommé jeune leader mondial. Il a également collaboré avec le New York Times, The Guardian et Foreign Affairs, et est l’auteur de dix ouvrages, notamment Refuge: Transforming a Broken Refugee System, qu’il a co-rédigé avec Paul Collier. Fondateur de l’Humanitarian Innovation Project, M. Betts a aussi travaillé pour le HCR de l’ONU. Ancien gagnant du Championnat européen de débat des universités, il a couru le marathon de Londres en 2 heures 38 minutes.

Aya Chebbi

Féministe panafricaine maintes fois primée, Aya Chebbi est la première envoyée jeunesse de l’Union africaine (UA) et la plus jeune diplomate du Cabinet de la présidence de l’UA. On lui doit la fondation de plateformes comme le Youth Programme of Holistic Empowerment Mentoring (YPHEM), qui forme les agents de changement de la prochaine génération, Afrika Youth Movement (AYM), l’un des plus vastes mouvements jeunesse africains, et Afresist, programme de leadership et plateforme multimédia qui documente le travail de la jeunesse africaine. Elle a siégé aux conseils d’administration de CIVICUS, alliance internationale vouée au renforcement de la participation citoyenne, et de la Commission indépendante sur les comportements sexuels répréhensibles d’Oxfam. Désignée en 2018 parmi les jeunes décideurs les plus influents de la plateforme Apolitical, elle avait figuré en 2016 parmi les 100 Africains de moins de 40 ans les plus influents dans le monde. Boursière de la Fondation Mo Ibrahim, elle détient une maîtrise en politique africaine de l’École d’études orientales et africaines de l’Université de Londres.

Sarah Cliffe

Actuellement directrice du Center on International Cooperation (CIC) de l’université de New York, Sarah Cliffe a été représentante spéciale de la Banque mondiale pour le « Rapport sur le développement dans le monde : conflits, sécurité et développement » de même que conseillère spéciale et sous-secrétaire générale pour les capacités civiles auprès des Nations Unies. Depuis 20 ans, Mme Cliffe étudie des pays sortant d’un conflit et vivant une transition politique. Durant les deux dernières années, le CIC a appuyé la recherche de nouvelles formes d’aide humanitaire en temps de crise, et Sarah Cliffe a contribué à deux documents de réflexion qu’il a publié grâce à une collaboration inter-agences de l’ONU : Addressing Protracted Displacement: A Framework for Development-Humanitarian Cooperation et After the World Humanitarian Summit: Better Humanitarian-Development Cooperation for Sustainable Results on the Ground.

Jérôme Elie

Jérôme Elie est l’agent principal des politiques sur les déplacements forcés du Conseil international des agences bénévoles (CIAB). Il est responsable des questions et des enjeux liés aux déplacements forcés, et gère également le travail du CIAB visant à promouvoir la participation de la société civile à l’élaboration d’un « pacte pour les réfugiés ».

Jonathan Fanton

À l’heure actuelle, Jonathan Fanton est président de l’American Academy of Arts and Sciences. Il a auparavant présidé la John D. and Catherine T. MacArthur Foundation et la New School for Social Research. M. Fanton a par ailleurs siégé au conseil d’administration de plusieurs organisations telles que Human Rights Watch, le groupe du rapport du Conseil de sécurité de l’ONU et la New York State Commission on Independent Colleges and Universities (commission sur les collèges et universités privés de l’État de New York). Il fait actuellement partie des conseils d’administration de Scholars At Risk, Asian Cultural Council, et la Benjamin Franklin House, et préside le comité consultatif de la Newman’s Own Foundation.

Leymah Gbowee

Leymah Gbowee est récipiendaire du Prix Nobel de la paix 2011. Militante pour la paix de longue date et travailleuse sociale au Libéria, elle défend également les droits de la femme. Elle a fondé et dirige la Gbowee Peace Foundation Africa, basée à Monrovia, au Libéria. Mme Gbowee s’est fait connaître pour avoir dirigé en 2003 un mouvement non violent réunissant des femmes chrétiennes et musulmanes qui a joué un rôle crucial dans la fin de la guerre civile au Libéria, un conflit sanglant qui a duré 14 ans. Cet événement historique a ouvert la voie à l’élection de la première femme à la tête d’un État africain, à savoir Ellen Johnson Sirleaf, présidente du Libéria. Il marque aussi le début d’un nouveau mouvement de femmes avant-gardistes qui se lèvent, partout dans le monde, pour participer à une consolidation durable de la paix et de la sécurité, une participation essentielle.

Per Heggenes

Membre du CMR, Per Heggenes est aussi PDG de la Fondation IKEA, le prolongement philanthropique de cette entreprise de mobilier et accessoires de maison. Durant des années, M. Heggenes a dirigé les œuvres philanthropiques d’IKEA dans des domaines comme les migrations et l’aide humanitaire d’urgence ainsi que dans des opérations de développement axées sur l’aide aux enfants et aux jeunes dans des collectivités défavorisées afin d’améliorer leurs chances de réussir dans la vie. Dans le passé, M. Heggenes a occupé divers postes de leadership à l’échelle internationale pour le secteur privé, par exemple pour Burson-Marsteller et Wallenius Wilhelmsen Logistics.

Susan Martin

Professeure émérite Donald G. Herzberg en matière de migrations internationales à l’université de Georgetown, aux États-Unis, Susan Martin est fondatrice de l’Institute for the Study of International Migration de l’école de service extérieur de cette université. Elle préside actuellement le Groupe de travail thématique sur les changements environnementaux et la migration dans le cadre de l’Alliance mondiale pour le savoir sur les migrations et le développement de la Banque mondiale. Auparavant, Mme Martin a été directrice générale de la commission de l’immigration des États-Unis, poste établi en vertu de la législation américaine et prévoyant un rôle de conseil auprès du président de ce pays en matière d’immigration et de réfugiés.

Marwan Muasher

Marwan Muasher est vice-président chargé des études à la fondation Carnegie, où il dirige la recherche sur le Moyen‑Orient menée à Washington et à Beyrouth. Par ailleurs, M. al-Muasher a été ministre des Affaires étrangères (2002–2004) et vice-premier ministre (2004–2005) de la Jordanie, et il a fait carrière dans les domaines de la diplomatie, du développement, de la société civile et des communications.

Devota Nuwe

Avocate de formation, Devota Nuwe travaille pour le HIAS Refugee Trust du Kenya (bureau pour l’Ouganda), pour lequel elle gère les opérations et activités en tant que personne-ressource en Ouganda. Par le passé, elle a travaillé pour le Haut‑Commissariat pour les réfugiés (HCR) des Nations Unies et le Haut-Commissariat pour les droits de l’homme (HCDH) des Nations Unies dans le secteur des migrations forcées. Titulaire d’un baccalauréat en droit de l’université Makerere de l’Ouganda), Mme Nuwe a aussi une maîtrise en droit criminel de l’université de Kent, en Angleterre.

Ratna Omidvar

Membre du CMR, la sénatrice Ratna Omidvar est spécialiste de renommée mondiale en matière de migration, de diversité et d’inclusion. Nommée au sénat canadien comme sénatrice indépendante représentant l’Ontario en avril 2016, elle a aussi coprésidé le Global Future Council on Migration du Forum économique mondial. Membre de l’Ordre du Canada, la sénatrice Omidvar a été décorée de la croix de l’Ordre du mérite de l’Allemagne. Au Canada, elle poursuit son travail sur les questions d’inégalité et d’immigration.

George Papandreou

Ancien premier ministre de la Grèce (2009–2011), George Papandreou a d’abord été élu au parlement grec en 1981, où il a ensuite assumé diverses fonctions gouvernementales. À titre de ministre de l’Éducation (1988-1989), il a fondé l’Université ouverte de Grèce et lancé des programmes multiculturels, puis comme ministre des Affaires étrangères (1999-2004), il a œuvré à la consolidation de la paix et à l’intégration de l’Europe, de la Méditerranée orientale et des Balkans, et dirigé une percée dans les relations entre la Grèce et la Turquie. En 2015, il a créé avec Ipek Cem le prix de la paix Cem-Papandreou. Leader du Mouvement des socialistes démocrates et membre de la Coalition démocratique, un regroupement de partis progressistes grecs, George Papandreou est également président de l’Internationale Socialiste, qui rassemble 150 partis et groupes socialistes de tous les continents.

Nirupama Menon Rao

Diplomate à la retraite, ancienne secrétaire d’État aux Affaires étrangères de l’Inde et ex-ambassadrice de ce pays, Nirupama Menon Rao a fait ses études en Inde, dont elle a intégré le service extérieur en 1973. Au cours d’une carrière de quatre décennies dans la diplomatie indienne, elle a assumé des fonctions importantes et a été la première femme nommée aux postes de porte-parole du ministère indien des Affaires étrangères, à New Delhi, de haut-commissaire de l’Inde au Sri Lanka et d’ambassadeur de l’Inde en République populaire de Chine. Mme Rao a été secrétaire d’État aux Affaires étrangères de l’Inde de 2009 à 2011, puis ambassadrice de ce pays aux États-Unis durant deux ans, soit de 2011 à 2013.

Güven Sak

Directeur de la fondation turque de recherche en politiques économiques (TEPAV), Güven Sak est professeur d’économie publique à l’université d’économie et de technologie (TOBB) d’Ankara, en Turquie. Auparavant, il a travaillé comme chercheur principal à l’autorité des marchés financiers de Turquie et enseigné au département des finances publiques de la faculté de science politique de l’université d’Ankara. Il a également été fondateur et membre externe du conseil des politiques monétaires de la banque centrale de Turquie.

En 2004, M. Sak est devenu directeur général fondateur du TEPAV, le premier et le seul groupe d’analystes en matière de politiques économiques de Turquie. Le programme d’études régionales du TEPAV, qu’il a dirigé, mène des projets en matière d’entreprenariat et de développement du secteur privé au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Asie centrale. En 2016­–2017, Güven Sak a coprésidé le groupe de travail sur les migrations forcées du T20, le groupe de réflexion du G20, durant la présidence allemande de ce dernier.

Eduardo Stein

Eduardo Stein est un leader régional en matière de consolidation de la paix et de gestion des conflits. Il a occupé les fonctions de ministre guatémaltèque des Affaires étrangères de 1996 à 2000, puis de vice‑président du Guatemala de 2004 à 2008. Depuis, il assure la direction de la coordination au sein du réseau centre-américain de groups de réflexion (Central American network of think tanks). Mais c’est pour son rôle dans le processus de paix au Guatemala qu’Eduardo Stein est le plus connu, et il continue de travailler dans les dossiers de la consolidation de la paix, de la gouvernance et de la migration. En septembre 2018, M. Stein a été nommé représentant conjoint spécial pour les réfugiés et les migrants vénézuéliens par l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés et l’Agence des Nations Unies pour les migrations. 

Jessie Thomson

Leader au sein de la société civile en matière de protection internationale des réfugiés, Jessie Thomson est actuellement directrice de l’équipe d’aide humanitaire et de secours d’urgence de CARE Canada, où elle travaille depuis six ans. Mme Thomson a aussi été déléguée du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) au Pakistan en matière de protection, ainsi que conseillère principale en politiques au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada et à Citoyenneté et Immigration Canada. Elle a également dirigé l’élaboration des politiques canadiennes relatives aux réfugiés ainsi que les relations du Canada avec le HCNUR. Par ailleurs, Jessie Thomson préside un groupe privé d’Ottawa qui parraine une famille de réfugiés syriens nouvellement arrivée et siège au conseil d’administration de l’Organisme communautaire des services aux immigrants d’Ottawa (OCISO, selon l’acronyme anglais).

Conseillers spéciaux

Elizabeth Ferris

conseillère spéciale

Conseillère spéciale du CMR, Elizabeth Ferris est également enseignante-chercheure pour l’Institute for the Study of International Migration (institut d’étude des migrations internationales) de l’école de service extérieur de l’université de Georgetown. Elle a aussi été agrégée supérieure de recherche non résidente en politique étrangère auprès du Brookings Institution. De janvier à septembre 2016, Mme Ferris a agi comme conseillère principale au Sommet de l’Assemblée générale des Nations Unies pour les réfugiés et les migrants, à New York. Spécialiste des migrations, de la protection des réfugiés et de l’aide humanitaire, Mme Ferris continue de diriger des études et des projets de recherche visant ces domaines.

James Milner

directeur de la recherche

James Milner est professeur agrégé au département de sciences politiques de l’Université de Carleton. Au cours des 20 dernières années, ses travaux de recherche et ses publications ont porté sur le régime mondial de protection des réfugiés et l’histoire du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCNUR), la situation à long terme des réfugiés de même que les politiques en matière d’asile dans les pays du Sud. James Milner a aussi été consultant pour le HCNUR en Inde, au Cameroon et en Guinée ainsi qu’au siège de cet organisme, à Genève.

Allan Rock

Conseiller Spécial

Actuellement recteur émérite et professeur de droit à l’Université d’Ottawa, Allan Rock est un ancien avocat plaidant entré en politique en 1993. Il a passé 10 ans au conseil des ministres du Canada, en tant que ministre de la Justice, de la Santé et de l’Industrie, et de ministre responsable de l’Infrastructure. M. Rock a également été ambassadeur du Canada aux Nations Unies de 2003 à 2006, puis recteur de l’Université d’Ottawa 2008 à 2016.

Andrew S. Thompson

conseiller spécial

Associé principal au CIGI et professeur auxiliaire adjoint de sciences politiques à l’Université de Waterloo, Andrew S. Thompson centre ses travaux de recherche sur les droits humains, les mouvements de la société civile et les États fragiles à l’échelle mondiale. Auteur de nombreux articles de revue spécialisée et chapitres d’ouvrage, il a écrit deux livres et a codirigé la rédaction de trois ouvrages. Soulignons que M. Thompson a par ailleurs témoigné devant le Comité permanent des affaires étrangères et du développement international de la Chambre des communes du Canada et le Comité sénatorial permanent des droits de la personne du Canada. De 2011 à 2017, il a siégé au conseil d’Amnistie internationale – Section canadienne. M. Thompson est titulaire d’un doctorat en histoire de l’Université de Waterloo.

Top